Les Halles vous livrent !
24 mars 2020
Vin sur vin pour Pâques !
7 avril 2020

TUTO : Comment bien lire une étiquette de vin ?

L’étiquette est la carte d’identité d’un vin. Ainsi, il est crucial de comprendre ce qu’il y est inscrit. Mais qui ne s’est pas déjà retrouvé perdu devant les nombreux éléments qu’elle contient ?

Comment la décrypter ? Vincent vous donne toutes les astuces pour bien la comprendre !

De nombreuses mentions ou fantaisies font certes joli sur l’étiquette, mais ne tombez pas dans le panneau ! Certaines ne sont que des arguments marketing judicieusement mis en valeur pour vous appâter… Pour y voir plus clair, décodons ensemble l’étiquette de mon vin de Bordeaux.

Grand Vin de Bordeaux : Cette mention ne signifie absolument rien. Elle peut orner les bouteilles AOC et tente de jouer sur la notoriété régionale. Mais attention, ce terme n’est en aucun cas un gage de qualité !

1- Le nom du vin :

A Bordeaux, c’est souvent le nom du Château. Qu’il s’agisse d’un nom de domaine, de cru ou de marque, il n’est en fait pas obligatoire.

2- La dénomination (obligatoire) :

Cette mention est capitale.

Il peut s’agir d’une Appellation d’Origine Contrôlée (A.O.C), comme ici Appellation Côtes de Bourg Contrôlée, d’une Appellation d’Origine Vin Délimité de Qualité Supérieure (A.O.V.D.Q.S), d’une Appellation d’Origine Protégée (A.O.P), d’un Vin de pays ou d’un Vin de table.

Bien que ce soit l’une des informations les plus importantes de l’étiquette, elle ne suffit pas à elle seule à en déterminer la qualité.

3- Le millésime :

Il n’est pas obligatoire mais tout de même essentiel car il indique que le vin provient intégralement de la récolte de l’année indiquée. Ici, c’est un millésime 2017. Pas au niveau d’un 2015 ou d’un 2016, il se glisse un peu en dessous, mais les pluies qui se sont abattues sur Bordeaux cette année-là ont entaché ce millésime qui aurait pu être exceptionnel !

4- Le volume (obligatoire) :

Il indique la contenance de la bouteille. Ici c’est le format classique, 75cl.

LE POINT CULTURE G : Les noms des contenances de vin

Dans l’ordre : Magnum 1,5L – Jéroboam 3L – Réhoboam 4,5L – Mathusalem 6L- Salmanazar 9L – Balthazar 12L. Enfin, le Nabuchodonosor (et il ne s’agit pas d’un nom de dinosaure) a une contenance de 15L, soit l’équivalent de 20 bouteilles.

5- La mention « Contient des sulfites » (Contains Sulphites)

Elle est quasi obligatoire.

Il est exceptionnel qu’un vin ne contienne pas de sulfites. On parle alors de vin nature ou vin naturel, car il n’y a aucun ajout de soufre lors de la vinification ni lors de la mise en bouteille. Le vin n’est alors ni stabilisé, ni protégé de l’oxygène. Résultat : il est plus fragile, susceptible d’évoluer dans tous les sens dans la bouteille. C’est donc un peu la loterie. Certaines fois c’est décevant, mais quand vous tirez le GROSLOT (vous avez la référence ?), c’est vraiment formidable voire exceptionnel. Le tout est d’accepter le risque !

6- L’embouteilleur (obligatoire) :

Dans le cas précis, le nom de l’embouteilleur est le vigneron David Arnaud puisque la mise en bouteille a été effectué au château.

7- Le pays d’origine :

Cette mention est obligatoire pour l’exportation. (Produce of France).

8- La teneur en alcool (obligatoire) :

Elle s’exprime en pourcentage par rapport au volume de la bouteille.

9- Le pictogramme « Grossesse » : 

Il est obligatoire à moins d’être remplacé par un message plus explicite, recommandant aux femmes enceintes de ne pas boire d’alcool.

A ces mentions s’ajoutent deux indications obligatoires : le numéro de lot (10) pour assurer la traçabilité, et le logo de recyclage des emballages (11).

Le rôle de la contre-étiquette

Dans le but d’épurer l’étiquette de présentation de la bouteille, certains producteurs décident d’accoler une contre-étiquette à l’arrière de la bouteille. Cette dernière est utile et peut comporter un complément d’informations détaillé :

Le nom du cépage (variété de raisin utilisé pour élaborer le vin) : ici il s’agit du Merlot.

Des conseils de service : température de service optimale, suggestions d’accord mets/vins, nécessité de carafer le vin…etc.

Un logo ou une certification supplémentaire : logo Agriculture Biologique (AB), Certifié par Ecocert, Vin issu de l’agriculture biodynamique, Certifié par Demeter, Biodyvin…

Maintenant que vous en savez un peu plus sur la lecture d’une étiquette de vin, vous allez pouvoir jouer les experts à l’apéro !

Enfin le plus grand plaisir et le plus important est encore de le déguster pour s’en faire une opinion… Si vous voulez savoir, je me suis régalé avec celui-ci !

Pssst ! D’ailleurs, ce vin est disponible sur notre boutique en ligne ! On dit ça, on ne dit rien…

1 Comment

  1. pascal dit :

    Il serait intéressant de connaître votre avis également sur la mention “propriétaire récoltant ou négociant “

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *